Sous-marin classique Le marsouin ...

Sous-marin classique  Le marsouin ...

Nucléaires


Passion-Militaria ...

[Trop lourds, trop longs et un programme qui va coûter 2 milliards d'euros supplémentaires aux contribuables : l’incroyable désastre des nouveaux sous-marins espagnols]

La classe de sous-marins S-80, produite par l'Espagne, devait être l'une des plus performantes de la planète. Lancée en 2003, elle va s'avérer être l'un des plus grands scandales industriel-militaire de toute l'histoire : les sous-marins sont trop lourds pour remonter à la surface puis trop longs pour entrer dans la base prévue ! Au final, des années de retard, des navires encore en cale sèche et un coût de production qui a dépassé l'enveloppe de ... 2 milliards d'euros !

L'image est belle : un sous-marin flambant neuf, qui débute ses premiers tests grandeur nature en mer au cours de l'été 2021. Les officiers de la Armada Española, la marine espagnole, couvent du regard cet arsenal magnifique. Le premier sous-marin de la nouvelle classe S-80 devrait être accepté au milieu opérationnel d'ici 24 mois, dans le courant de l'année 2023 ... enfin si tout va bien ! Car la photographie cache une réalité toute autre : un véritable désastre industriel pour l'armée espagnole et les industries nationales.

Le programme est lancé en fanfare en 2003 : la marine espagnole commande alors 4 sous-marins de type S-80 au chantier naval Navantia, pour remplacer sa flotte d’Agosta français, qui datent des années 1970 et qui sont vieillissants. Ce programme est massif et est estimé à 2 milliards d’euros d'investissements publics. Si le programme de développement se fait discret pendant près de 10 ans, la catastrophe se profile.

La première alerte a lieu en 2013 : les officiels se rendent compte que le premier S-80, qui est alors en construction depuis de longs mois et qui est dans la seconde phase de production, est ... trop lourd. Environ 100 tonnes supplémentaires qui entraîne un grave problème de flottabilité : le sous-marin flotte, plonge mais sera incapable ... de remonter à la surface ! Un comble ! En cause ? Une bête erreur de calcul : un ingénieur a placé une virgule après la mauvaise décimale et personne n'a pris la peine de vérifier les calculs !

Le ministère de la Défense espagnol, qui se serait bien passé de ce désastre, fait appel aux Américains d’Electric Boat, afin de trouver une solution. Le verdict est unanime : unique solution, il faut rallonger le bateau, pour améliorer sa flottabilité. Au lieu des 71 m de long pour 2 200 tonnes, le sous-marin passe à 81 m, pour 3 100 tonnes ! Le conseil coûte 14 millions d'euros à l'armée espagnole. Mais ce n'est pas terminé.

Très vite, la marine espagnole se rend compte que le dock de Carthagène, base dans le sud-est du pays, où les sous-marins sont produits et mis à l'eau, n'a été conçu que pour accueillir des vaisseaux allant … jusqu’à 78 mètres ! Il manque désormais 3 mètres ! Et la facture pour allonger le port va être salée : 16 millions d’euros supplémentaires !

Mais les ennuis ne sont pas terminés : le sous-marin en construction, le S-81 'Isaac Peral', ne peut plus être modifié ! Il va alors être construit sur l'ancien modèle de 71 mètres qu'il faudra modifier bien plus tard de fond en comble : par exemple, le système de propulsion AIP, qui permet au sous-marin de rester sous l’eau pendant deux semaines, risque de ne pas pouvoir faire avancer un navire plus lourd de près de 50 %. L'industrie espagnole doit donc, en urgence, produire un nouveau système AIP ! Nouveau système qui ne devrait être terminé qu’en 2026 ou 2027, lorsque le troisième sous-marin sera alors en construction.

Il faudra alors rappeler le 1er et le second sous-marin : le premier pour le rallonger et reprendre tous les systèmes, et le second pour remplacer certains systèmes. Le troisième sous-marin (et le quatrième) devrait ainsi être le premier produit sous les nouvelles normes. Pourtant, l'histoire n'est pas encore terminée !

L’ironie de la situation ne s’arrête pas là : les Espagnols, qui avaient quitté avec fracas le partenariat avec les Français de Naval Group sur le projet de la classe de sous-marin Scorpène, vont devoir demander de l'aide à la société ... Naval Group ! Comme les retards accumulés se comptent désormais en années, les trois anciens Agosta espagnols encore en état de naviguer vont devoir être remis aux normes et rester dans le service actif. Et la seule société au monde capable de le faire est Naval Group !

Entre les changements de conception et les retards, au total, le coût des quatre sous-marins devrait se monter à 4 milliards d’euros, soit 1 milliard par sous-marin, au lieu des 500 millions prévus. Soit le double du prix initial, et le double du prix de ses concurrents sur le marché international. De 2 milliards, la facture vient de s'alourdir de 2 milliards supplémentaires ... alors qu'aucun sous-marin n'a encore pris l'eau ! Une sacrée histoire non ?

Source : Fabrice Bernay & navalpost

 


29/08/2021
26 Poster un commentaire

21.05.2021 .

EXCELLENT LIVRE ...clic ICI ...

 

 

 

 

 

 

Tu

peux le commander ICI ...

 

 


21/05/2021
14 Poster un commentaire

Le Sous-marin de Cornélius Van Drebell ...

A voir ICI ...


02/09/2020
2 Poster un commentaire

Les stickers nouveaux ...

Je veux les voir !

 

Marsouin

 


09/01/2020
10 Poster un commentaire

Il y a 50 ans ...

Clic ICI ...


04/12/2019
8 Poster un commentaire